Sarah, la douleur de vivre sans Abby

Aujourd’hui je laisse la parole à Sarah qui nous raconte des fausses-couche mais aussi la terrible perte de sa fille Abby à quelques jours du terme de la grossesse

C’est un très douloureux témoignage que Sarah nous confie

Été 2015. J’ai 26 ans. Mon conjoint 27. Il est enfin d’accord pour que l’on fonde notre famille !! Bonheur total. 7 ans de vie commune, enfin mon rêve va se réaliser… Fonder une famille.

Rien. Jusqu’en fin 2016. Quel bonheur ! Cette magnifique sensation ! Je commençais à désespérer après 1 an et demi… 2 mois plus tard, fausse couche spontanée. Le ciel me tombe sur la tête… On me rassure en me disant que c’est fréquent… Je ne lâche pas mon rêve.

Été 2017, ça y est encore un test positif ! Je garde la tête froide quand même mais il me tarde de l’annoncer ! Quelques jours plus tard, rebelote, fausse couche spontanée… Je suis anéantie et je me dis que je suis incapable de donner la vie… Ma gynécologue me lance dans des tests, prise de sang…

Janvier 2018, le diagnostic d’endométriose tombe après un passage aux urgences. C’est le comble… Cette maladie pour moi était synonyme d’infertilité… Je ne porterai jamais la vie, je ne donnerai jamais d’enfant à mon compagnon, je ne fonderais jamais ma famille, celle qui me manque depuis tant d’années…

Février 2018, le test est positif. Nous ne sautons pas de joie, nous restons neutre. Le temps passe. On me dit de me détendre. Le cap des 3 mois est passé. Tout va bien.

On est stressé, on ose pas parler à ce petit bébé. J’ai peur même de l’annoncer à mes proches… Je suis beaucoup suivi car bébé est un petit modèle. On me fait même aller à Marseille pour un dépistage car il est vraiment petit. Les spécialistes me rassurent. Tout va bien. Bébé sera normal. 9 mois de stress. A 38 semaines, mon fils nait. Enfin. Il est dans mes bras. 3,010kg et 48 cm. Le plus beau jour de notre vie. Accouchement rapide et tout le monde en bonne santé. Mon rêve est là. Ma famille, enfin.

Rapidement nous voulons un deuxième enfant. Peut importe les dires de tous. Nous avons peur d’attendre… 9 mois plus tard, test positif ! Nous gardons la tête froide toujours. Le temps passe. Bébé va bien. On commence à stresser pour l’organisation avec 2 bébés de 18 mois d’écart !! Qu’importe… Notre rêve est là.

39 semaines. Je ne te sens plus bouger. Tu as toujours bougé moins que ton frère… 1 heure quand même que je te sollicite. Et rien. Je pars en contrôle à l’hôpital. Et là, la sentence tombe. Ton cœur s’est arrêté. Tout s’arrête d’un seul coup. C’est une blague ? Vous êtes sur ? Il y a 2 jours au monito tout allait bien… On est lundi 13 avril. 18h. Tu es parti… Sans raison. Sans explication. Sans rien pouvoir faire. On me convoque mercredi pour provoquer l’accouchement. Naturel. Nous rentrons. Sous le choc de l’annonce. C’est impossible… A 22 heure je perds les eaux. J’embrasse mon fils et nous partons. 2h51, l’heure où tu es morte née. Ma fille. Jamais je n’ai ressenti telle douleur. Pourtant j’en ai vu. Découvrir ton sexe, ton poids et ta taille. Une petite fille, 3,020kg et 52 cm. La sage femme qui a accouché mon fils est là. Elle est descendu de son service pour m’accompagner. Elle me tiens la main. Et moi je pleure ma douleur avec papa. Je ne veux pas te voir de suite, j’ai peur de voir. De réaliser que tu es morte. Que je n’entendais jamais ta voix. Un jour merveilleux qui se transforme en cauchemars en moins de 24 heures. Tu es née sans un cri. On appelle nos proches. “ça y est tu as accouché ???”. Oui, mais on l’a perdu… On se croit dans un mauvais rêve. Impossible je suis à terme! 2 semaines qu’on attends de rentrer à la maison avec un petit être, remplir ce petit berceau qui a servi à ton frère. C’est ireel.

La douleur. Peu de mots peuvent la décrire. On me dit que j’ai du courage. Mais j’ai perdu ma fille. Je n’ai pas été capable de… De quoi ? Qu’aurais je pu faire ? Pourquoi je n’ai pas su ? Pourquoi ce petit cœur s’est arrêté? Qu’ai je fais ? Ou pas fais ? Pourquoi ? Pourquoi je vais rentrer chez moi sans toi, avec ce vide dans mon cœur. Ce trou béant qui ne se refermera jamais.

Ma fille. Tu étais si belle. Le portrait de ton grand frère. Tu étais parfaite. Si innocente. Aujourd’hui, te laisser partir est mon plus grand combat. C’est ma résilience. Tu es là. Tu le seras toujours. Notre fille. Notre deuxième enfant. Abby. Ce prénom qui été une évidence pour nous depuis la décision de fonder une famille. Pour l’instant le chemin est dur et difficile. Jonché de douleur, de larmes, d’incompréhension, de colère. On continuera. Pour ton frère. Pour toi. Pour nous. Peu importe les obstacles de la vie. Ma résilience. Mes enfants. Pour toi mon ange , sur ton nuage, qui vieille sur nous 3.

Très émue par le témoignage de Sarah, je tiens particulièrement à la remercier de nous avoir confié sa terrible douleur.

MILAWITHYOU c’est une équipe à l’écoute, attentive et qui fait une vraie place à votre Témoignage de Paranges !

Comme Sarah contactez nous sur facebook ou par mail et partagez votre Témoignage:
https://www.facebook.com/milacreatrice/ ou contact@milawithyou.com

L’intégralité de la collection du souvenir est disponible ICI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Je me connecte à Mila 😊

 

Vos données personnelles sont utilisées pour traiter votre commande, soutenir votre expérience sur le site et aux fins décrites dans notre politique de confidentialité. Aucune revente de données n’est effectuée.

Mes Points

Points
Veuillez vous connecter si vous souhaitez voir vos points de fidélité

Mes Codes Promo