Témoignages de Par’anges

Témoignages de Mamanges : Marina & Amélie

Comme Marina et Amélie, vous êtes de plus en plus nombreuses à nous envoyer votre témoignage et nous sommes très touchés. Nous sommes aussi très tristes de lire vos drames personnels. Nous savons, car vous nous le dites, que ça vous fait du bien, alors n’hésitez pas à partager votre douleur si cela peut vous soulager un peu.

Voici le témoignage de Marina

J’ai 24 ans bientôt 25 en octobre, avec mon mari nous essayons d’avoir un enfant depuis fin 2016 je me suis mariée le 13 mai 2017 et 15 jours après j’apprenais que j’étais enceinte.

Quelques temps après, malheureusement, prise de douleurs je me rends aux urgences où l’on m’annonce que le bébé est dans la trompe et que je suis à un peu plus de 6 semaines donc ça commence à être dangereux. On me fait 2 piqûres pour arrêter le développement du bébé et sa perte naturelle. Je rentre à la maison. Ça n’a pas fonctionné, 2 jours plus tard je retourne pour contrôler.

Je n’ai pas le temps de comprendre qu’on me dit vous aller être opéré en urgence. En descendant au bloc on me dit que je peux mourir. Je demande à mourir avec le bébé. Malgré tout on se relève…

Au réveil on m’annonce 1 trompe en moins et la 2ème ne va plus… donc on devra passer en FIV. On se laisse 1 an. 1 an plus tard on passe par une FIV. Le transfert des 2 seuls embryons ce fera le 15 novembre 2018. J’attendais des jumelles. Le 5 mars 2019 j’ai accouché de mes jumelles Timéa et Inaya à 4 mois de grossesse sans vie suite à une infection du placenta qui s’est généralisée. Ce sont nos 2 papillons nos 2 anges.

Nous décidons de recommencer naturellement sachant que je suis infertile. Le 5 juillet après un retard je fais un test juste pour voir et me rassurer il était positif. Une écho est fait 1 semaine et demie après pour être sur. Il y a bien un sac qui se développe. 2 semaines plus tard 2 ème écho pour écouter le cœur et la on m’annonce que ça s’est arrêté. J’ai subi un curetage le 29 juillet.

Aujourd’hui je me lève pour que mes filles soit fière de leur maman mais mon corps et mon esprit sont épuisés. Nous avons commencer la procédure d’adoption mais je n’en ai plus la force. Mon mari pour son anniversaire aura un porte clé avec le prénom de ses jumelles. Et moi je lui ai demandé un bracelet ou un sautoir.

On s’est fait un tatouage en leur hommage mais j’ai besoin d’un bijoux pour les avoir encore plus près de moi. Merci pour les bijoux que vous créer pour les par’anges si vous saviez à quel point on se sent moins oubliés. Merci pour tous. Désolé du roman. Bonne soirée et continuez vous êtes une perle pour nous.

Voici le témoignage d’Amélie

Ma vie a basculée le 14/06/19 lorsque la nounou de ma fille m’a contacté pour me dire qu’elle s’était noyée dans la piscine du voisin. Elle est restée 20 min sous l’eau. L’équipe médicale a mis 30 min pour la réanimer. Ma fille s’est battu pendant 3 semaines mais son cerveau était trop endommagé et j’ai dû prendre la décision de la laisser partir vers un monde meilleur, elle souffrait beaucoup trop

?

June est partie rejoindre les anges le 3/07/19, a l’aube de ses 2 ans. Depuis je ne vis plus je survis… si vous lisez ce message merci

Merci à Marina et à Amélie d’avoir participé au partage de leur douleur, pour rappeller que vous n’êtes pas seules, Mamanges, Paranges, à vivre ces drames inhumains.

MILAWITHYOU c’est une équipe à l’écoute, attentive et qui fait une vraie place à votre Témoignage de mamange ! Nous souhaitons vous tendre la main, vous qui traversez un deuil douloureux.

Contactez nous sur facebook ou par mail et partagez votre Témoignage:
https://www.facebook.com/milacreatrice/ ou contact@milawithyou.com

Le Témoignage de Sylvie, Mam’Anges de plusieurs petits Anges…

Aujourd’hui je vous confie le témoignage sur le deuil périnatal d’une Mamange à qui nous pensons chaque jour , les drames qui ont frappés sa famille nous touche beaucoup. A travers ce Témoignage sur le deuil que Sylvie traverse nous souhaitons lui rendre hommage aujourd’hui

Je m’appelle Sylvie, mon histoire a commencée le 15 mars 2014.. Après une grossesse très compliquées et un accouchement plutôt difficile notre fils est venu au monde sans vie à 29 semaines de grossesse

?

Un ans plus tard j’étais de nouveau enceinte mais à l’échographie du quatrième mois le gynéco a décelé une tumeur dans mon utérus qui empêchait la croissance normal de notre bébé… J’ai donc dû subir une interruption médicale de grossesse pour mon bien à moi, tout a été très vite notre petite fille s’est envolée a son tour le 20 mai 2015

?

Ensuite j’ai eu le droit aux rayons et à la chimio avant de subir une intervention pour retirer cette tumeur et de reprendre la chimio et les rayons à plusieurs reprises. A ce moment là en plus de la perte de 2 bébés en à peine un an, dans mon esprit il était clair que plus jamais je ne pourrais être enceinte et je devais donc faire le deuil de ce désir de donner à tout prix un enfant à mon compagnon tout en me battant pour ma survie pour lui et pour ma fille née d’une union précédente….

Fin 2017 quelque jours avant Noël les médecins m’ont annoncé que j’étais en rémission tout en m’expliquant que rémission ne veux pas dire guérison et que je devait continuer à être suivie de très près car finalement on ne guérit Jamais véritablement de cette saleté de crabe, on peut rechuter a tout moment…

En mars de cette année lors d’un contrôle nous avons eu la grande surprise d’apprendre qu’un nouveau bébé c’était installé dans mon bidon… Nous étions heureux mais j’avais toujours cette peur malgré tout… Le gynéco m’a rassurée en nous annonçant que bébé se portait bien et que de mon côté tout allait bien aussi mais qu’il souhaitait malgré tout un suivi plus régulier à cause de mes antécédents médicaux… Il m’a conseillé l’amniocentèse que nous avons accepté… Un examen qui a été pratiqué en avril, ensuite je devais me reposer afin d’éviter toute complication qui pourrait apparaître dans la semaine qui suit cet examen… J’ai donc pris sur moi et pour le bien de notre bébé je me suis reposée…

Une semaine et demi plus tard je reçois un appel de mon gynéco, je me dis c’est tôt pour les résultats c’est pas bon…. Et à ma grande surprise il m’a annoncé que tout était normal que notre bébé se portait à merveille et il m’a demandé si nous voulions connaître le sexe car cet examens permet de connaître avant l’échographie, fou d’impatience nous avons dit oui et il nous a annoncé que bébé était une fille…

Pour moi ça a tout de suite été une évidence notre fille porterait le prénom d’une personne chère à mon cœur puisqu’elle me soutient beaucoup depuis le décès brutal de ma maman en 2018… J’ai proposé ce prénom à mon compagnon qui m’a dit qu’il aimait beaucoup mais préférait remplacer le”i” par un “y” j’étais aux anges ma princesse allait bien & j’allais pouvoir rendre un magnifique hommage à cette personne qui me soutient énormément même si elle n’a jamais su les vrai raison du choix de ce prénom… Notre princesse s’appellerait donc Myla…

Début mai, je ne me sentais pas bien, j’avais ce sentiment que quelques chose clochait alors j’ai pris rendez vous en urgence avec mon gynéco, il a fait une échographie puis il m’a regardé et m’a dit je vais chercher un autre appareil… Au fond de moi je savais déjà… Il a refait l’écho et là il m’a dit je suis désolée son petit cœur a cessé de battre…ensuite tout s’enchaîne, il faut avant même de réaliser décider avec lui si on laisse faire la nature et on attend les premières contractions ou si on interromps cette grossesse tout de suite ou encore si on programme cette interruption au cas où les premières contractions ne se font pas sentir…

Nous avons donc choisi de programmer l’intervention et notre princesse est allée rejoindre son frère et sa sœur le 7 mai 2019… Depuis je ne vis plus, je survis pour mon aînée. Ma fille me manque tout les jours un peu plus et mon mal être a brisé notre couple, je suis désormais seule pour surmonter tout ça, évidemment j’ai ma fille aînée mais c’est une adolescente alors les copines sont plus importantes et c’est bien normal… et je préfère la voir comme ça que triste… Je parle très peu de mon histoire car la seule qui me comprenait vraiment n’est plus là à présent, elle s’appelait Sarah & avait aussi confié son témoignage à Mila, il a été publié il y a quelques semaines sur ce blog. Souvent il m’ est arrivé de me dire que si je n’avais pas ma fille aînée je ne serais plus là.. mais je me bats pour la grande fille et pour que mes bébés de là haut soit fière de moi…

Voilà mon histoire et celle de mes enfants du ciel

?

Merci pour ce témoignage sur vos deuils ma chère Sylvie, merci de nous avoir choisi pour panser votre plaie et pour confier votre chagrin. Je ne peux vous cacher que je n’ai pas su retenir mes larmes quand j’ai lu la raison pour laquelle vous aviez choisis Myla comme prénom pour la puce… Nous souhaitons que toutes les Mamanges qui nous suivent, qui nous lisent sachent que nous sommes là et que nous seront toujours là.

MILAWITHYOU c’est une équipe à l’écoute, attentive et qui fait une vraie place à votre Témoignage de mamange ! Nous souhaitons vous tendre la main, vous qui traversez un deuil douloureux.

Contactez nous sur facebook et partagez votre Témoignage:
https://www.facebook.com/milacreatrice/

Témoignages de 2 mam’anges sur le Deuil Périnatal : Marine et Mélina

Toute l’équipe MILAWITHYOU est touchée par les témoignages de Mamanges qui continuent de nous parvenir. N’hésitez pas à nous contacter par mail contact@milawithyou.com si vous souhaitez participer à ce blog et à nos articles dédiés aux mam’anges

Le Témoignage de Mélina

Bonjour Mila.

Je vous partage notre histoire.

Lorsque j’ai appris que j’allais être maman, je me suis littéralement décomposée “Moi maman mais non c’est pas possible les enfants c’est bien chez les autres..” quand à mon compagnon avec qui j’étais depuis 3 mois à l’annonce de cette nouvelle, lui était très content. Il m’a tout de suite dit “Oh on va avoir un petit Diego “. Sourire crispé je lui dit oui.. C’était très compliqué pour moi d’admettre que j’allais avoir le corps qui allait changer et que cette vie à deux qu’on venait d’entamer allait vite se transformer en une famille. Puis les 9 mois se sont passés.

9 mois au top, 9 mois où j’ai appris à aimer ce petit être qui grandissait en moi. 9 mois où l’on s’est imaginé tellement de choses.. Ma belle sœur étant enceinte de 5 mois d’écart nous nous étions imaginé les élever ensemble.. Puis les contractions sont arrivées. L’angoisse grandissante.

L’accouchement ce mot si douloureux mais tellement joyeux.. Accouchement en césarienne. On m’a accouché le mardi 23 octobre à 18h08 (3 jours avant terme). Je n’ai jamais eu la joie d’entendre notre petit Diego pleurer.. Lorsque j’ai demandé pourquoi il ne pleurait pas. On m’a répondu je vais voir je revient. Mais personne revient.. puis mon compagnon est resté à mes côtés jusqu’en salle de réveil. Alors qu’on nous avait dit qu’on viendrait le chercher une fois que le petit serai sorti.. Et là 4 médecins arrivent.. C’est le cauchemar.. On nous annonce que notre Diego n’a pas survécu.. Le sol s’est littéralement ouvert sous nos pieds.

Quoi mais pourquoi nous? Nous qui en avions pris soin pendant 9 mois… Cala va bientôt faire neuf mois que notre Ange nous a quitté. Je suis morte de l’intérieur.. Le plus dur dans tout ça, c’est de ne pas savoir ce qui s’est passé.. L’autopsie n’a rien donné. Nous restons dans le flou sur son décès.. Il n’y a pas un jours où ses paroles me hantent.. Désolé de cette longue lecture. Merci d’être à l’écoute de nous les mam’Anges.

Le témoignage de Marine

Bonsoir et merci beaucoup de penser à nous les mam’anges,
cette nouvelle catégorie est une très belle démarche ! Je m’appelle Marine, j ai perdu mon petit ange Gabriel à 37+4. une grossesse desirée un p’tit bout’chou à câliner, aucun signe, tout allait bien pour mon petit ange tellement attendu qui devait faire notre bonheur et celui de son grand frère William. Il a 9ans, c’est un petit bonhomme très courageux qui nous aide tellement à remonter cette pente tellement difficile.. ils appellent ça une mort subite in utero car ils n’ont trouvé aucune cause. Mon cœur est brisé à tout jamais le 3 Mars 2019 et j ai accouchée le 5 Mars 2019.. 

Je parle quasiment tous les jours de mon petit Gabriel. Ce n’est pas un sujet tabou bien que c’est très dur mais j’ai besoin de parler de lui. J’ai un mari et un fils en or.. pareil du coté de ma famille, nous sommes tellement bien entourés . J ai un ami tatoueur qui m’a offert un tatouage où j aurais toujours mes 2 garçons gravés à vie sur ma peau en plus que dans mon cœur!! Concernant les bijoux ils sont tous beaux.. peut-être un bijoux de sac un jour !!! Merci encore pour le bel hommage 

Merci aux Mamanges

Merci à nos Mam’anges Marine et Mélina pour ces témoignages. Merci d’avoir partagé votre histoire. Si vous le souhaitez, vous pouvez nous contacter par notre page fcb ou par mail à
contact@milawithyou.com Les articles des Mamanges sont imagés par des bijoux de la collection “en Mémoire de”.


Témoignages de Mamanges & du deuil périnatal : Sylvie et Mag’

Tout l’équipe MILAWITHYOU est touchée par les témoignages de Mamanges qui continuent de nous parvenir. N’hésitez pas à nous contacter par mail àcontact@milawithyou.com si vous souhaitez participer à ce blog et à nos articles dédiés aux mamanges

Le témoignage de Sylvie

Bonjour Mila, voici mon histoire.
J ai eu 4 beaux enfants avec mon mari. Ils sont toute ma vie. Mon mari faisant les déplacements, je les aient élevées toute seule car Papa ne s y intéressé pas du tout. À part son travail, la pêche, la chasse, rien d’autre… il n y avait pas de place pour nos enfants dans sa vie.
Pas grave, nous le vivions très bien malgré tout.

Au bout de 15 ans j ai voulu partir avec les enfants, Papa n à pas voulu. Il a décroché le fusil, mis 2 cartouches à l intérieur, donc j ai protéger mes bébés et nous sommes restés à la maison. Papa n était pas méchant, loin de là, il ne s occupait simplement pas de nous.
Au bout de 30 ans, j ai réussi à partir avec mes bébés bien sûr. Nous étions heureux, une très belle complicité et un Amour indescriptible à toujours existé entre nous, mes bébés & Moi et ça, j en suis fière. Une belle réussite malgré tout.

Puis Jonathan, mon plus grand est parti vivre sa vie avec sa petite femme Gaëlle que nous adorions. De cette union, une petite Soënie est née. Nous étions fous de joie les enfants et moi. Notre vie n’était que joie et bonheur. Tout à basculée le 17 Mars 2017.
Ce soir la, Gaëlle fêtait ses 25 ans, Avec Jo, ils m ont laisser Soënie pour la nuit afin d aller fêter ça au resto puis en boîte.

A 6h du matin, le lendemain, ce sont les gendarmes qui nous ont réveillés pour nous annoncer que les enfants avaient eut un accident de la route, Jo était dans le coma à Poitiers et Gaëlle malheureusement était décédée. Notre vie s’est écroulée.

J ai gardé Soënie et m’en suis occupée durant les 6 mois d hôpital de son papa. Il est revenu à la maison, petit à petit, il a reprit son travail, puis nous survivions à ce drame.

Notre vie à reprit son cours tout doucement, Gaëlle est toujours présente dans chacun de nos cœurs.
Nicolas, mon 2eme garçon se marie en septembre 2016, avec Jennifer, on est heureux même si Gaëlle nous manque toujours autant. À cette union vient s’ajouter un petit Ryann, adorable bien sur mon Titi.
Jeremy, mon 3eme garçon vit avec moi, entre temps, j ai fais 2 infarctus et il ne veut pas que je reste seule. Jessica ma fille s est mise en couple aussi en 2016 avec Vincent. De cette union née une petite Leetizia que j’Aime elle aussi à la folie.

Maintenant nous ne sommes plus 5 mais 12 avec les conjoints et les petits enfants,. Tout se passe à merveille entre tous. Puis il y a ce 27 Juillet 2018, à 5h30, un coup de téléphone.

La Gendarmerie de Poitiers pour m annoncer que mon BB Nicolas (Colas pour nous) vient de décéder dans un accident de la route en rentrant de son travail…

Là, le monde s’écroule devant moi. Ce n’est pas possible, mon BB à moi, non, non, je n’y crois pas.
S’en suis le voyage à Poitiers pendant une semaine, autopsie, examens, etc….. Et tout ce temps nous ne pouvons pas le voir. Huit jours horribles, c’est atroce. Puis il est enfin rapatrié chez lui à COUTRAT où on peut le voir. Il est resté 6 jours aux Pompes Funèbres et tous (les enfants et Moi) y sommes restés tout le temps. Nous n’arrivions pas à le quitter. Et ce 4 Août 2018, nous avons vraiment du lui faire un gros bisous pour la dernière fois. J’ai cru que j’allais mourir. Je ne voulais pas le laisser, là, tout seul. Mon pauvre bébé que j aime tant.

Depuis, je ne suis plus la même, il hante mes jours, mes nuits, chaque instants qui passent il est présent dans mon esprit. Je l’ai dans ma tête en fond d ‘écran.
Comme c’est dur de perdre un enfant….. Oohhh mon Dieu

?
?

Voilà l histoire simplifiée de ma vie …. Je souhaite beaucoup de COURAGE à toutes les Mam’Anges.

Le témoignage de Mag’

Bonsoir suite au post de Mila je vais vous raconter mon histoire de mamange.

Notre petit Maël est né le 19 janvier 2019 en très bonne santé et le 19 avril 2019 il a fait un arrêt cardiaque les pompiers et le smur ont tenter de le sauver… ils ont réussi à avoir un pouls, il a été transporté en hélicoptère à l’hôpital à Lyon en service de réanimation pédiatrique où on nous a annoncé que notre petit ange ne se réveillerait jamais de son coma trop profond et que son cœur ayant été arrêté trop longtemps le cerveau n’a pas été assez oxygéné. Notre petit Maël est passé en mort encéphalique ( mort cérébrale ) et nous avons du prendre la décision de le débrancher le 22 avril 2019. Une autopsie a été réalisée et une enquête est en cours afin de comprendre ce qu’il s’est passé. A ce jour nous n’avons toujours pas les résultats et nous tentons de survivre

?
?

il nous manque énormément notre cœur de parent est brisé a jamais. Heureusement que nous avons notre fils de 33mois qui nous aide énormément à surmonter ça…

Merci aux Mamanges

Merci à nos Mamanges Sylvie et Mag’ pour ces témoignages de Mamanges merci d’avoir partagé votre histoire. Si vous le souhaitez, vous pouvez nous contacter par notre page fcb ou par mail
contact@milawithyou.com . Les articles des Mamanges sont imagés par des bijoux de la collection “en Mémoire de”.

Laissons la parole à Aurélie & Ornella, 2 mam’anges qui nous racontent leur histoire sur le deuil périnatal :

Tout l’équipe MILAWITHYOU est touchée par les témoignages de Mamanges sur le deuil périnatal qui continuent de nous parvenir. N’hésitez pas à nous contacter par mail
contact@milawithyou.com si vous souhaitez participer à ce blog et à nos articles dédiés aux mamanges et au deuil périnatal

Le témoignage d’Aurélie


Il y a 4ans, j’ai eu une grosse entorse à la cheville selon l’hôpital sauf qu’au bout d’un an et demi les douleurs étaient toujours présentes. Le médecin pour lequel j’ai changé à voulu voir le fond du problème donc j’ai repassé des radios qui n’ont rien données, puis des irm et là jackpot sur 3 tendons ligaments il n’en restait plus qu’un et demi d’intact. Après avoir vu un chirurgien l’opération a été programmé et j’ai pris de la morphine pour les douleurs. Quelques mois plus tard j’ai vu une première fois mon ventre bougé, je me suis dit que j’avais dû halluciner, puis une fois quelques jours plus tard puis une troisième.

Je me suis rendu au service gyneco de l’hôpital où une écho a été réalisé et là on me dit félicitation vous êtes bien enceinte environ 7mois (ce qui veux dire qu’au moment de mon opération j’y étais déjà) on m’a fait passer de salle en salle pour passer d’autres échos durant 4h car on arrivait pas trouvé le périmètre crânien de bébé. Et là une gyneco vient à ma rencontre pour m’expliquer que le bébé a un problème. Mon bébé a une partie du crâne manquante et le liquide amniotique à rongé le cerveau donc je leur dit de faire le nécessaire car on me dit que ce bébé ne survivra pas il s’étouffera à la naissance.

On m’a laissé comme ça durant une semaine et demi entre les prises de médicaments et les papiers à faire. Le jour J arrive je suis en salle d’accouchement ils effectuent “le geste” de fin de vie donner un médicament dans le cordon pour arrêter son cœur. Et là ils ont déclenché l’accouchement, j’ai mis 12h à accouché par voie basse. Entre montée de fièvre et grelottements j’ai demandé à ce que cela se termine au bout de 11h j’ai menacé de m’ouvrir. Une fois bébé arrivé les sages femme l’ont emmené tout de suite pour le nettoyer c’est à ce moment qu’on a su que notre bébé était une fille, notre quatrième fille.

On nous a demandé si on voulait la voir ou la tenir dans nos bras. J’ai juste réussi à la voir impossible de la prendre dans mes bras, mais j’ai gardé ses empreintes de pied qu’une amie m’a plastifié et son bracelet de naissance. Suite à cela comme beaucoup d’entre nous je suis en dépression, j’ai déclenché également de l’hypertension, au bout de quelques jours j’ai perdu ma voix impossible de parler d’après le médecin de garde que j’avais vu j’étais limite à devoir être intuber. Cela fait maintenant presque 2 ans et demi que Gabrielle est partie elle me manque toujours autant c’est un déchirement, régulièrement je vois des petites puces de l’âge qu’aurait dû avoir ma fille car je suis hôtesse de caisse et c’est compliqué encore maintenant à gérer psychologiquement.

Et la dernière mauvaise nouvelle en date les pilules ne me conviennent plus je risque un avc, l’implant est impossible avec mes migraines et le stérilet j’en veux pas donc à 37ans je vais devoir me faire ligaturer les trompes je me rends compte que c’est pour “rester en vie” mais c’est comme devoir faire un deuil. Merci de nous donner le parole, tellement de personnes n’osent pas nous parler de nos bébés anges mais il le faut c’est important

Le témoignage d’Ornella

Bonjour, je m’appelle Ornella, je suis la maman d’Andrea 5 ans, Many 8 mois et d’Ennio né sans vie le 12/12/17 à quatre jours de mon terme. Le 12/10/17 je perdais ma petite maman d’une longue maladie contre laquelle nous nous sommes battus durant 3 longues années, alors que j’étais enceinte de 7 mois elle s’est éteinte après avoir fait une grosse hémorragie dans mes bras. J’ai survécu durant 2 mois avec toute cette peine puis 2 mois après jour pour jour les contractions ce sont mises en route, nous sommes descendu à la maternité avec le sourire et heureux de retrouver un peu de bonheur, après avoir posé le monitoring sur mon ventre, les visages ce sont crispés et j’ai compris en regardant mon mari que le ciel nous tombait sur la tête, le cœur d’Ennio s’était arrêté. Il a donc fallu apprendre à vivre avec ça, et l’expliquer à son grand frère.

Nous l’avons câliner puis il a fallu lui dire au revoir et pour ma part lui demander pardon… pardon de ne pas t’avoir senti souffrir, après avoir perdu ma maman je pensais qu’il ne pourrait rien m’arriver de pire, et pourtant! La vie ne tient â rien! Aujourd’hui nous le savons et nous profitons de chaque instants. Comme nous aimons la vie plus que tout nous avons eu la force de rebondir et depuis 8 mois est arrivé notre bébé arc en ciel

?

C’est une blessure qui ne se refermera jamais et notre bébé nous manque mais nous voulons croire en la vie

❤️

Courage à tous les paranges et merci de m’avoir permis de m’exprimer

Merci aux Mamanges

Merci à nos Mamanges Aurélie et Ornella pour ces témoignages sur le deuil périnatal. Merci d’avoir partagé votre histoire. Si vous le souhaitez, vous pouvez nous contacter par notre page fcb ou par mail.
contact@milawithyou.com Les articles sur l deuil périnatal sont imagés par des bijoux de la collection “en Mémoire de”.

Témoignage

Le Témoignage de Sarah :

Aujourd’hui je voudrais partager avec vous le Témoignage de Sarah qui est un témoignage particulier du deuil périnatal qui nous a beaucoup touché à l’atelier.

Bonjour, je m’appelle Sara, j’ai 24 ans et je suis mam’ange d’Eden envolé le 21/07/2019.

Mon histoire a commencé le 10 juillet 2019, ce matin là j’ai dit à mon mari David que j’avais besoin de la voiture pour un rendez vous médical, il a alors pris sa moto pour partir rejoindre des amis à qui il avait promis son aide.

Ce matin là je ne savais pas encore que j’étais enceinte, enfin si je m’en doutais mais ayant eu beaucoup de difficultés à tomber enceinte une première fois pour finir par faire une fausse couche en tout début de grossesse il y a un an, je ne voulais pas croire à une nouvelle grossesse et ne voulais rien dire à mon mari tant que cette grossesse n’avait pas été confirmée par ma gynéco et que je sois sûre que tout allait bien.

Donc ce 10 juillet je suis allée à ce rendez vous plutôt stressée mais en gardant au fond de moi l’espoir que j’étais bien enceinte et que notre bébé allait bien, ce que m’a confirmée ma gynéco, j’étais enceinte de 9 semaines et notre bébé se portait à merveille, je n’avais qu’une envie : rentrer à la maison et retrouver mon mari pour lui annoncer qu’enfin il allait devenir père.

Malheureusement on mari n’est jamais rentré, sur le chemin en allant rejoindre ses amis il a été percuté de plein fouet par un camion dont le chauffeur avait perdu le contrôle, il est décédé sur le coup :'( Quelques jours après j’ai demandé à revoir ma gynéco pour être certaine que notre bébé n’avait pas souffert suite au choc de l’annonce du décès de David, elle m’a examinée et m’a conseillée un repos quasi total car ma tension grimpait en flèche, pas étonnant vu ce que je traversais mais dangereux pour bébé voir même pour moi si elle restait trop haute.

J’ai donc écouté ses conseils pour mon bien et celui de mon bébé, je m’accrochais à ce bébé en me disant que grâce à lui mon mari continuerait toujours à vivre un peu à travers cet enfant.

Arrive le 20 juillet début de soirée, je me lève du canapé pour aller me préparer à manger, j’ai un petit vertige, je ne m’inquiète pas et me dit que c’est le lot de toute femme enceinte mais quelques minutes plus tard ma belle sœur me dit tu es sûre que ça va tu es très pâle, j’ai juste eu le temps de lui dire je me sens partir et je me suis évanouie, je me suis réveillée a l’hôpital, une infirmière me regardait, j’ai dit, c’est fini, elle m’a fait un oui de la tête et m’a expliqué que mon bébé était mort à l’intérieur de moi, je me suis mise à crier et à pleurer. Ce 21 juillet 2019 à 11 semaines de grossesse mon bébé c’est envolé à 1h24 du matin. en début d’après midi j’ai vu la psychologue de l’hôpital qui m’a conseillée de donner un prénom à mon bébé j’ai donc choisi de l’appeler Eden parce que son papa aimait beaucoup ce prénom et qu’il était mixte.

Depuis cette double perte je me sens totalement perdue, le seul soutien que j’ai c’est  celui d’une amie qui a aussi perdu un bébé il y a peu de temps et sur les groupes de deuil périnatal sur facebook et souvent je me demande comment je vais surmonter tout cela.

Si je devais choisir un bijou sur votre page pour mon ange je pense que je pencherais pour un sautoir pour l’avoir toujours tout près de mon cœur :'( voilà mon histoire et celle de ma petite famille.

Ce Témoignage de Sarah sur le deuil périnatal est pour nous très douloureux. A lire et à vous partager. Depuis qu’elle nous l’a transmis, Sara a mis fin à ses jours pour rejoindre son Mari David et leur bébé Eden.

Nous voulons vous dire que nous pensons très souvent à vous, paranges, mamanges, et que votre chagrin nous touche, parfois de très très près.

N’hésitez pas à nous contacter pour parler, vider votre sac, ou juste nous dire ce que vous ressentez au quotidien. Si cela vous fait du bien, nous vous ferons une place sur ce blog pour votre Témoignage

Contactez nous sur facebook :
https://www.facebook.com/milacreatrice/

Je me connecte à Mila 😊

Mes Points

Points
Veuillez vous connecter si vous souhaitez voir vos points de fidélité

Mes Codes Promo