Mois : janvier 2021

Séverine : face à la PMA

La procréation médicalement assistée ou PMA , désigne les pratiques médicales permettant d’aider à la procréation en cas de fécondité altérée. Concrètement, deux techniques de PMA sont actuellement autorisées en France : la fécondation in vitro (FIV) et l’insémination artificielle. Voici le parcours de Séverine.

En décembre 2016, avec mon compagnon nous commençons les examens pour voir si tout va bien car en essai bb depuis 1an et demi et toujours rien. Lui doit faire 1 spermogramme et une prise de sang et moi une hystérosalpingographie et une prise de sang également. Son spermogramme revient pas au top, la gygy décide de lui faire faire son caryotype et là il a 3 chromosomes sexuels donc pour avoir 1 bb naturel ce serait 1 miracle. Moi je fais mes examens et tout est nickel.

Nous prenons rdv avec le CHI de Créteil en Mai 2017 avec 1 urologue et 1 gygy. On nous explique encore ce que c’est son syndrome et les choix qui s’offre à nous. Il subit une biopsie pour voir si ils a des petites bébêtes ou on passe au don directement. Je lui dit que je le laisse choisir, et que je resterais avec lui malgré son choix. Il pleure et me dit qu’il ne veut pas faire la biopsie (il a regardé sur internet, comment ça se passait 😒)

Bref, nous prenons donc rdv avec le Cecos on leur dit qu’on veut passer par 1 donneur. On nous dit qu’il y a 1 délai d’attente de 14 mois ou on peut le réduire à 8 si on connaissons quelqu’un qui veut faire 1 don (mais pas pour nous) mais qui ferais avancer notre dossier. Personne n’est au courant à part nos parents, je décide donc de faire don de mes ovocytes. On me demande de revenir, avec pas mal d’infos sur les maladies qu’il y a ou eu dans ma famille, Hypertension et Thryoidie on font partie donc on me dit que je ne peux pas donner mes ovocytes (déception) mais qu’ils vont se réunir pour parler de notre dossier s’ils acceptent malgré tout de réduire le délai.

Ce qui est le cas, donc dans 8 mois on pourra faire notre 1ère IAD Insémination Artificielle avec Donneur mais dans ce parcours avec pleins d’obstacles, on nous dit que nous devons voir 1 psy qui jugera si on est prêt à avoir un enfant avec 1 donneur, bref tout se passe bien. En Décembre, on doit y retourner pour faire mon arbre généalogique jusqu’à mes grands parents, chose qui se révélera compliqué car je ne connais pas beaucoup la famille de mon père.

En Février 2018, je reprends contact avec le CHIC et le Cecos pour qu’ils cherchent des paillettes d’un avec des ressemblances sur nous 2. Fin février, je commence mes 1ères injections, et s’en suit les pds, échos pour voir si tout avance bien. Le 1er Mars je fais mon insémination qui se soldera par 1 échec. Je décide de refaire 1 essai tout de suite sur le prochain cycle. Je fais l’IAD le 30 Mars, mais au fond de moi je sais que ça n’aura pas fonctionné car la personne m’as fait super mal et dès le lendemain j’ai des soucis. 14 jours après verdict, pds négative. Là c’est 1 gros coup dur pour moi, j’avais un peu d’espoir malgré tout.

Nous décidons de faire 1 petite pause. Nous recommençons les injections, pds et échos vers la mi-juin. Le 27 juin je fais mon insémination, je préviens la personne que la dernière fois ça ne sait pas bien passé et elle fait vraiment tout pour que ce soit nickel, écho, spéculum plus long car les autres n’allait pas et me préviens que j’ai 1 col super fragile, chose qu’on ne m’avait jamais dit avant.

Je fais ma pds le 11 juillet, je suis au travail la journée donc j’y pense beaucoup. A midi, je reçois les résultats par mail, je décide d’appeler mon compagnon pour qu’on le sache en même temps, il mettra 1h pour me répondre 😡

13h j’ouvre les résultats et là gros gros beug pendant au moins 1 minute et là je me mets à pleurer, oh put… ça a marché, jesuis enceinte mon cœur. Je chiale comme 1 madeleine, il me dit de me calmer pour retourner travailler sans qu’on me demande ce qu’il y a. Je raccroche et appelle ma mère pour lui dire.

S’en suit ensuite la 1ère écho, faite fin juillet. Le gygy me dit il y a bien 1 sac générationnel mais ne voit pas l’embryon, il a mis au moins 5 bonne minute à le trouver. Ouf il est là, il fait 4mm il est un peu petit donc je dois revenir. 1 semaine après, il fait 6mm donc tout est ok. Je reviendrais pour l’écho des 12sa. Bb va bien, on entend son cœur 😊 Les 3 premiers mois sont passés donc plus beaucoup de risque, on commence à acheter un petit peu. En Novembre, nous allons à l’écho des 22sa, on peut savoir me sexe, oui oui oui… C’est 1 FILLEEE 🎉 mon compagnon demande quand même si c’est sûr, à 100%. Petite princesse qui est prévue pour 3kg800 à la naissance. Ça y’est on peut acheté du rose 😍😍😍.

Je commence à sentir ce petit bout de chou qui grandit mais elle ne fait pas la java, elle est très tranquille. A l’écho des 7 mois, elle va toujours très bien, mon compagnon redemande si c’est toujours 1 fille 🤣 ( il avait peur qu’il se soit trompé) A 39sa on décide que je serais déclenchée, 2 jours après pour hypertension. Le vendredi, on rentre à l’hôpital. Le travail à mis du temps à se mettre en route mais dès que ça a commencé 20h c’était parti. Notre merveilleuse princesse est né le 15 Mars 2019 à 23h28.
Aujourd’hui, elle a 20 mois et elle nous comble toujours autant de bonheur…

En Février, nous sommes retournés au Cecos pour bb2. Nous sommes donc répartis pour 14mois d’attente qui se termine bientôt 😁 (avril 2021) donc ce sera de nouveau des injections, des pds et des aller retour sur Paris. C’est contraignant mais j’ai tellement hâte. J’essaye déjà de convaincre mon compagnon pour un 3ème mais il ne veut pas.
Aux parents dans ce parcours semé d’obstacles, ne perdez pas espoir et resté soudés, vous allez y arriver 💪🙏

Merci Séverine de ce témoignage qui nous permet de faire connaître les protocoles PMA , FIV et le CECOS

Pour plus d’informations : https://www.cecos.org/

Vous pouvez nous envoyer votre témoignage par mail : contact@milawithyou.com ou nous rejoindre sur Facebook

Le colibri est un des symboles des familles qui sont touchées par l’infertilité et ont recourt à la PMA

L’histoire de Soraya : de la grossesse à la naissance.

Parfois la vie nous joue des tours. Aujourd’hui, je vous confie l’histoire de Soraya : de la grossesse à la naissance. Une histoire plein de larmes, mais aussi pleine d’Amour !

Bonsoir à tous, 


Je m’appelle Soraya, je vais sur mes 35 ans. Je me suis mariée il y a maintenant 8 ans. Nous désirions, mon mari et moi, une belle et grande famille, mais la vie en a décidé autrement.

Après près de 5 ans de galère pour concevoir, des opérations, des injections, une fausse couche précoce à l’aube de mes 30 ans, nous avons décidé de nous lancer dans l’aventure FIV. Mais le destin a fait que je suis tombée miraculeusement enceinte avant le début du protocole. C’est ainsi que notre rendez-vous PMA, c’est transformé en échographie précoce.

Bébé est bien là, bien installé et son petit cœur clignote à la perfection. Nous sommes dirigé vers le service obstétrique pour l’echo de datation, quelques semaines plus tard. Le jour J, arrive. L’ Obstétricienne fait son travail. Bébé est un peu petit nous dit elle, elle ne peut pas voir tout ce qu’elle souhaite. On doit refaire une écho dans 1 semaine. J’ai des cycles longs et très irréguliers, donc une erreur d’estimation de début de grossesse est peu étonnante. Très bien pas de souci, une occasion de plus de voir notre bébé.

Nous revoilà donc dans le cabinet 1 semaine plus tard. C’était le 10 avril 2017, le jour où notre vie s’est transformée à jamais. Ce jour là, je suis à 12sa, l’Obstétricienne fait son examen, très concentrée. Puis le couperet tombe. Notre enfant présente une anomalie de fermeture de la parole abdominale. Elle ne peut nous en dire plus, car pas spécialisée. Nous devons nous rendre dans une maternité de niveau 3, en service de diagnostic anténatale pour en savoir plus.

Notre vie s’effondre. Pourquoi nous ? Pourquoi après tant d’épreuve faut il que ça nous arrive à nous? Que va t il se passer ? Pourra t on garder le bébé ? Quelle vie pour lui? Pour nous ? Les question s’accumulent dans nos esprits. Un monde Inconnu nous attend… 

Par chance, nous avons rendez-vous 2 jours plus tard. Après une nouvelle écho, le résultat est sans appel: notre enfant présente un omphalocèle. Une poche s’est formée au niveau du nombril. À ce stade de la grossesse nous ne pouvons pas savoir ce qui se trouve dans cette poche. Cette anomalie est bien souvent accompagnée d’anomalies génétiques. On me fait donc sur le champ une choriocentèse. Résultats dans 2 jours. 

La suite est “simple” :

– présence d’anomalies génériques –> IMG

– absence d’anomalies génétiques –> on peut décider de continuer la grossesse en sachant que les choses peuvent évaluer dans le mauvais sens à tout moment… 

Deux jours plus tard, nous avons donc les résultats (préliminaires) des analyses génétiques : tout va bien. L’anomalie de notre enfant semble être venue seule. Quel soulagement ! 

À partir de ce jour je me suis découvert une force de positive attitude, une envie de ne voir que le bien, d’entendre les risques, d’en avoir conscience, mais de les laisser la où ils sont. À partir de ce jour, une nouvelle moi est née, plus forte, plus sereine, plus positive, car me morfondre ne servirait à rien. Mon bébé a besoin de bonnes ondes pour lui donner envie de se battre. Et puis si il lui arrive quelque chose j’aurai profité de chaque instant avec lui. Si tout se termine bien je n’aurais pas à regretter d’être passée à côté de ses 9 mois uniques.

J’ai donc tout fait pour vivre une grossesse dès plus normale qu’il soit : photos régulières de mon bidou, cours de préparation à l’accouchement, photos studio pour de jolis souvenirs, bola (mais je ne connaissais pas encore Mila bien Dommage)… J’ai eu des nausées terribles le 1er trimestre, qui sont vite passées ensuite. J’ai vu mon ventre s’arrondir, se déformer aux mouvements de bébé, j’ai senti ses petits coups, ses nombreux hoquets.

Je savourais chaque instant, moi qui ne croyais jamais vivre tout ça un jour. À côté, chaque mois une nouvelle écho, chaque mois une nouvelle épée de Damoclès à savoir si nous pourrions garder notre enfant ou pas. Au fil des 9 mois, nous avons su que seul son foie était extériorisé dans la poche. Pas d’ anomalie cardiaque décelée ou autre malformation. Bébé a bien grandi, pas trop mal grossi.Je suis arrivée tranquillement à la fin de ma grossesse.

Une césarienne a été programmée pour préserver la poche et le foie. Notre fille est née le 17 octobre 2017, à 17h20. La plus belle de toutes les princesses. Elle a été opérée pour la 1ere fois de sa malformation à j3 de vie.

S’en est suivi beaucoup de complications car de nombreuses choses n’ont pas été vu aux échos (hernie diaphragmatique, anomalie du péricarde) . Deux autres opérations lourdes avant ses 6 mois, des intubations et sédations longues et difficiles. On nous avez prédit que ça aller être dur. Nous avons vécu l’enfer. Nous avons faillit la perdre plus d’une fois, dont une dont je me souviendrais toute ma vie car elle est tombée dans mes bras…

Après 8 mois d’hospitalisations quasi non stop, d’autres hospitalisation plus courtes, 1 an d’oxygeno dépendance, 2 ans avec une aide respiratoire au sommeil, 20 mois sans rien avaler par la bouche, notre fille a toujours une hypersensibilité sensorielle, un trouble sévère de l’oralité, des retards de langage et psychomoteur. Des suivis cardio, pneumo, neuro. Une, voire des opérations encore à venir.

Autant dire qu’il n’y a pas de place pour un autre enfant dans nos vies. Et puis l’équilibre a été si long et dur à trouver, qu’il est temps de savourer chaque instant à présent. Notre fille, a eu 3 ans le mois dernier. Elle grandit et se développe à son rythme.

C’est notre soleil, la force de notre famille, la plus belle leçon de vie qu’on aura jamais. Grâce à elle, nous ne verrons plus jamais le monde comme avant et je l’en remercie chaque jour. Je t’aime ma princesse ❤

Merci Soraya pour ce beau témoignage d’Amour.

Vous pouvez nous envoyer votre témoignage par mail : contact@milawithyou.com ou nous rejoindre sur Facebook

Shannon face à l’hyperémèse gravidique

Si les nausées de grossesse touchent une femme sur deux, elles ne sont rien comparées à l’hyperémèse gravidique. Aujourd’hui Shannon se confie.

L’HG m’a volé mon début de grossesse.

J’ai su que j’étais enceinte après une prise de sang. Je le sentais au fond de moi, et le verdict est tombée : prise de sang positive, enceinte de 2SA.

Quel bonheur ! Nous qui voulions tellement un enfant. Mais, ce moment magique fut de courte durée.

À 5SA, les premiers vomissements sont arrivés, s’en est suivi en moins de deux mois : quatre hospitalisations sous perfusion, une grosse perte de poids, une fatigue et une déprime intense. Je ne comprenais pas, je n’en pouvais plus, je n’étais même plus certaine de vouloir de mon propre enfant.

Heureusement que mon conjoint a été d’un soutien infaillible. Il a été incroyable avec moi. À la fois tendre et plein de soutien, il s’est retrouvé comme seul pilier de notre couple, m’avouant à quel point il voulait de notre enfant. Je me suis battue pour lui, pour eux.

Est arrivé le moment ou nous avons pu mettre un mot sur cette maladie : l’hyperémèse gravidique. Un gros soulagement de pouvoir mettre un mot sur ce que je ressentais, et une crainte terrible de le vivre tout au long de ma grossesse.

J’ai un corps médical formidable, qui avec un bon traitement, m’a aidé à sortir ces vomissements de ma grossesse à 12SA. À 13SA, nous avons appris que nous attendions un petit garçon ! Que de bonheur car c’était ce que nous voulions tellement ! Aujourd’hui, je suis enceinte de 7 mois. Nous allons poursuivre sereinement ce dernier trimestre, rythmé par l’impatience de rencontrer notre petit prince !

Ne perdez pas espoir. N’hésitez pas à insister auprès des médecins. Nous sommes plus fortes que nous le pensons ! Ne détruisons pas cette envie incroyable de créer la vie, à cause de cette foutue maladie qu’est l’HG !
Il est certain, je vais y réfléchir à deux fois avant d’envisager un second … Mais je suis tellement fière de m’être battue pour mon petit garçon que je sais d’avance que je serais comblé même s’il est mon seul enfant.
Et je ne remercierai jamais assez mon homme, ma famille, belle-famille, et tout nos amis, qui nous ont aidé à traverser cette dure épreuve, pour maintenant accueillir le meilleur, tous ensemble.”

Baby A 🤰🏻💙

Merci Shannon de ce témoignage qui nous permet de faire connaître un peu plus chaque jour cette maladie qui est l’hyperémèse gravidique.

Vous pouvez nous envoyer votre témoignage par mail : contact@milawithyou.com ou nous rejoindre sur Facebook

Je me connecte à Mila 😊

Mes Points

Points
Veuillez vous connecter si vous souhaitez voir vos points de fidélité

Mes Codes Promo