Mois : octobre 2019

Témoignage de Sabrina, Mam’ange de Louna et Maman de Matthieu, le jumeau de Louna

Aujourd’hui je vous confie le témoignage sur le deuil périnatal d’une Mamange, Sabrina

A travers le Témoignage de Sabrina sur le deuil qu’elle a traversé nous souhaitons lui rendre hommage aujourd’hui

Bonjour

Après avoir pris des jours pour écrire je me lance.

Tout a débuté avec un combat pour la vie (stimulation, insémination puis fiv), enfin test positif enceinte de jumeaux. Début de grossesse très difficile avec hospitalisation car je ne m’alimentais et je ne buvais plus.

1,5mois de répit puis ré-hospitalisation en urgence vers 5,5 mois pour saignement et contractions. Je finis en réanimation 48h après mon admission car œdème pulmonaire suite au Tractocyl.

Là on nous annonce que je n irai pas à la fin de grossesse et qu’un des bébés avait un souci.

Une fois sortie d affaire, on me transfére en mater niveau 3 et là 1er diagnostic la petite fille a un souci vasculaire. Le cordon alimente mal c’est pour ça qu’elle est plus petite donc à surveiller de près.

Puis 2eme diagnostic, le résultat de la prise de sang tombe : cmv contracté mais comme contracté récemment peu d inquiétude pour les bébés (ils me font faire une irm mais ils me disent d y aller sereine car peu de chances que les bébés soient atteints… irm faite le 25 novembre)

Le 29 novembre trop de contractions : je passe en salle d accouchement. (Ce soir vous aurez vos bébés me dit on).

J’étais alors à 30s+5.

Arrivée en salle d accouchement, rien ne passe comme prévu, on nous demande de nous décider pour la petite (son cœur ralentit à chaque contractions), sans attendre les résultats. Nous voulons des réponses…bref, la moitié des résultats IRM tombent ils sont moyens mais ça va pour Matthieu et pas top pour Louna mais ils ne savent pas plus… (vous voulez faire quoi ? On les sort en sachant ce que ça encourt ou on laisse partir Louna dans votre ventre) La fin des résultats arrivent et le cmv a trop attaqué Louna. Les séquelles seront visiblement très lourdes. On prend la décision de la laisser partir mais dans mon ventre. Elle partira dans la soirée du 30 novembre au 01 décembre et Matthieu demandera à sortir en suivant. Il est suivit par une pédiatre spécialisée cmv géniale et aussi dans une étude nationale. Le combat pour la vie continue…mais d’une autre façon…

Merci à Sabrina pour ce témoignage émouvant, merci de partager votre expérience. Nous souhaitons que toutes les Mamanges comme Sabrina qui nous suivent, qui nous lisent sachent que nous sommes là et que nous seront toujours là.

MILAWITHYOU c’est une équipe à l’écoute, attentive et qui fait une vraie place à votre Témoignage de mamange ! Nous souhaitons vous tendre la main, vous qui traversez un deuil douloureux.

Contactez nous sur facebook ou par mail et partagez votre Témoignage:
https://www.facebook.com/milacreatrice/ ou contact@milawithyou.com

L’intégralité de la collection du souvenir est disponible ICI

Petit Papa Noël …

Noël approche à vitesse grand V, et comme chaque année je vous propose les meilleurs ventes MILAWITHYOU à glisser dans votre lettre au Père Noël (ou à l’oreille de votre chéri/e)

NUMÉRO 1 : LA HOTTE SURPRISE DE MILA

Mais qu’est ce qui lui a pris cette année ? A l’atelier on était bien sage, on avait un bon rythme, on se disait qu’on allait tranquillement rentrer dans le rush habituel de Noël, quand, SOUDAIN, Mila nous a dégainé SA SURPRISE ! Holalala, je ne vous dis pas … elle a même fait planter le serveur tellement il y a eu du monde pour la commander dès l’annonce officielle… Pour l’instant les ventes sont closes MAIS on sait qu’il devrait rester quelques unes dans le fond d’un carton alors soyez sages et SURVEILLEZ LES ANNONCES sur Facebook ou entrez votre mail ICI pour être prévenu(e) si elle refait son apparition !

NUMÉRO 2 : LE BRACELET NOIR ET BLANC

Alors celui-là, vous le connaissez, vous l’adorez ! Il est indétrônable !!! Je ne sais même pas si il reste vraiment des clientes qui ne l’ont pas car souvent c’est le tout premier bijou de la marque MILAWITHYOU que vous choisissez. Il a tout pour plaire, et nous continuons de l’améliorer pour le plus grand bonheur de toutes !

Par exemple maintenant, vous avez la version acier inoxydable, et vous pouvez aussi mettre des symboles avec les prénoms. L’atelier est en ébullition chaque année, et nous essayons de reculer au maximum la rupture de stock sur ce modèle, mais malheureusement souvent, une fois passée la St Nicolas c’est terminé pour ce modèle …

NUMÉRO 3 : LA FIOLE DU SOUVENIR

Toute l’équipe est toujours très émue de recevoir et lire vos témoignages sur le deuil périnatal, et cette année, quand Mila nous a proposé d’aller encore plus loin avec cette création du souvenir, on a tous été séduits. La toute première fiole a été réalisée pour Jeanne, si vous suivez la page Facebook vous avez forcement suivi son histoire et c’est maintenant avec beaucoup de cœur et de tendresse que l’atelier réalise cette fiole à chaque instant, car malheureusement vous êtes bien nombreux/ses à être touché(e)s par le chagrin. Le moment des fêtes ne doit pas faire oublier nos chers disparus. Nous pensons à eux, à vous.

NUMÉRO 4: LE BRACELET ROSE POUDRE

Il concurrence facilement le modèle noir et blanc. Il n’est pas en rupture mais il s’en approche, attention si vous voulez le commander pour Noël, ne tardez pas ! Comme les autres bracelets de la gamme, il se décline en acier inoxydable et il est personnalisable (photo, prénom, symbole) alors si vous n’avez pas encore craqué, c’est le moment ! Et pour voir la collection complète : clic clic !

NUMÉRO 5 : LE BOLA

Si vous vouliez le parme, c’est malheureusement trop tard pour cette année. Mais nous avons encore quelques dispo. Cependant, ATTENTION sur le MINT et le TURQUOISE partent très très vite. N’hésitez pas à découvrir notre collection complète. Le Bola est bien sûre une création destinée avant tout aux mamans (personnalisable avec l’échographie ou la photo du doudou) mais nous avons de nombreuses commandes pour un bola avec une chaîne plus courte (70 cm au lieu de 110) pour le porter en collier sans ventre arrondi. La couleur, la cage version ailée ou non, avec ou sans médaille personnalisée, vous choisissez votre bijou, ou celui de votre amie, de votre sœur, de votre conjointe… Il fera son bonheur !

Il ne vous reste qu’une seule chose à faire maintenant que vous connaissez notre TOP 5 des ventes, c’est de prendre le stylo et de commencer votre lettre au Père Nöel … <3 Hihi !

Témoignage de Mélanie sur le deuil périnatal…

Aujourd’hui je vous confie le témoignage sur le deuil périnatal d’une Mamange, Mélanie

A travers ce Témoignage de Mélanie sur le deuil qu’elle a traversé nous souhaitons lui rendre hommage aujourd’hui

Mélanie, quand elle s’est confiée, avait beaucoup de rage et de colère contre son ex conjoint. Son témoignage a été exceptionnellement retravaillé pour ne pas brusquer la sensibilité de nos lecteurs. Volontairement, nous avons choisi de mettre en lumière le décès de sa fille Mathilde-Clara. Mélanie pourra répondre aux commentaires sur les questions autour de la naissance de son second enfant. Merci de votre compréhension.

Bonsoir je me présente Mélanie, 31ans, Mam’ange de Mathilde-Clara depuis le 11 octobre 2011 et maman de mon fils mon arc-en-ciel depuis le 2 mai 2016.

Le 1er et 2ème trimestre de ma première grossesse se déroulait sans aucun soucis. La clarté Nucale était à 1.00mm. La prise de sang pour le Tri-Test seuil (1/250) 1<10000 Je n’étais pas dans le groupe de risque accru. En août 2011 lors de ma 2ème écho la sage-femme a décelé une anomalie au cerveau. Mon dossier est passé en STAFF Centre Pluridisciplinaire avec gygy Généticiens etc….Ils m’ont pris différents rdv J’ai du passer une amniocentèse à 29 sa.

J’ai eu les résultats quelques semaines plus tard Ils avaient décelé une Trisomie 20 en Mosaïque. J’ai du passer une IRM FOETALE que je n’ai pas pu faire, j’ai passé une écho et là le ciel m’est tombé sur la tête. Ma fille avait les 2 ventricules dilatés, le corps calleux qui ne se développait pas assez … elle serait handicapée moteur et cérébral et elle serait devenue aveugle, elle aurait eu des crises d’épilepsie…

J’ai eu rdv avec la généticienne qui nous a expliqué que c’était la faute à “pas de chance”. Elle nous a parlé de IMG Le 6 octobre 2011 je suis allée au CHU de Poitiers pour faire la prise de sang pour effectuer nos caryotypes au géniteur et moi. Nous avons eu les résultats aucun de nous 2 étions porteur du gêne Pour moi il était hors de question que j’interrompe ma grossesse… Mr a demandé l’avis de ses parents son cousin son patron et d’autres personnes si on devait poursuivre ou interrompre ma grossesse mais jamais à moi…

Ses parents ont eu des paroles très méchantes envers ma fille Ils ont dit que si on la gardait ça allait nous attirer que des problèmes, que c’était un déchet, qu’il ne fallait pas garder “ça”. Lorsqu’il allait chez ses parents je restais chez moi. Nous avons vu la sage-femme qui me suivait pendant ma grossesse et Mr a dit à la sage-femme on interrompt la grossesse. J’ai fondu en larmes dans le bureau de la SF Elle m’a regardé et m’a dit “vous en pensez quoi” Je lui ai répondu “Mr au lieu d’en parler avec moi il a demandé l’avis de ses proches pour savoir si on devait poursuivre ou interrompre la grossesse Alors que ça a ne regardait que lui et moi” . J’ai beaucoup pleuré…

Je suis rentré le 9 octobre 2011 au CHU de Poitiers le soir vers 23h la SF est venue me chercher pour me poser un ballonnet pour dilater le col. Une fois posé je m’assois et j’entends un truc “péter” c’était le ballonnet puis elle m’en repose un autre une fois, je m’assois sur le bord de la table et je me sens mal je demande un gant mouillé je retourne dans ma chambre je me baisse à peine pour prendre mon téléphone et je sens quelque chose péter de nouveau. Je sens quelque chose couler sur mes jambes J’ai fondu en larmes Ma tête et mon corps refusaient de perdre ma fille Vers 00h30 – 01h la SF vient et voulait me reposer un ballonnet j’ai refusé Le lundi 10 octobre 2011 à 08h30 elle sont venues me préparer pose de la perf etc… Elles m’ont descendu en salle de naissance pour la pose de la péridurale pour IMG

A 9h pose de la péridurale les médecins ont commencé à me piquer 5 ou 6 fois dans le ventre pour arrêter le cœur de ma fille, effectuer le geste du fœticide, je me suis débattue j’ai insulté le personnel qui était autour de moi, je les ai supplié de nous laisser tranquille ma fille et moi. A force de me débattre j’en ai arraché le catéthère A 12h ils ont fait une pause J’ai demandé à voir mon copain et j’ai demandé qu’on stop tout ! La nana m’a répondu “je suis désolée on ne peut pas stopper le processus” Ils sont revenus vers 13h30 et ont reposé une péridurale. J’ai commencé à me sentir partir les médecins mon repiqué dans le ventre 3 4 fois en injectant le produit dans le cordon ombilical à 14h30 pour arrêter le cœur de Mathilde-Clara.

Je voyais des étoiles j’avais du mal à respirer la dame qui était à côté de moi m’a mis le masque à oxygène mais ça n’a rien fait je n’arrivais quand même pas à respirer Je voyais le personnel partir au fur et à mesure et j’ai cru entendre qu’on prononçait l’heure de mon décès Je me suis imaginée apparaître dans le journal au décès.

A l’autopsie de mon bébé ils ont décelé une bilobulation du poumon droit et L’aqueduc de Sylvius est béant sans caractère dysplasique Au niveau des lobes des poumons A droite elle en avais 2 A gauche elle en avais 2 Elle m’a dit qu’il y’avait trop de liquide au cerveau Elle avais 1 chromosomes 20 en +

Elle m’a dit que c’est un accident très rare.

J’ai mis 26h J’ai accouchée seule par voie basse au bout de 5min d’effort expulsion de Mathilde-Clara née sans-vie le 11 octobre 2011 à 02h20 Elle avais des mensurations “de rêve” 2kg220 47.5cm 31cm PC J’ai enterrée Mathilde-Clara le 25 octobre 2011 à 14h

  • 1ère photo les empreintes des mains et des pieds et bracelets fait par la sage-femme.2
  • 2ème photo mon tatouage fait le 27 mai 2014 en hommage à Mathilde-Clara.

Le jour de ma sortie de la maternité du CHU le 13 octobre 2011 en rentrant chez nous j’ai découvert des choses sur mon conjoint qui m’ont énormément choqué. On s’est séparé.

Après la perte de Mathilde-Clara j’ai eu un blocage, je n’arrivais plus à avoir de relations sérieuses et durable avec un homme. Malgré qu’en juin 2015 j avais enfin accepté que je n’aurais pu la chance de retomber enceinte, une grossesse inattendue Un bébé surprise Qui s’était logé sans demander l’autorisation !

J’ai découvert ma grossesse le jour présumé de mon cycle Et lorsque j’ai fait ce test je n’y croyais pas du tout. Je penser avoir rêver lorsque j’ai vue ces 2 barres apparaître sur le test J’ai vécu ma grossesse très stressante, angoissante. Je vivais la peur au ventre à chaque consultation écho Peur de revivre ce que j avais déjà vécu. Puis le 29 décembre j’ai appris que c’était un petit garçon qui s’était logé dans mon ventre. Les mois passent et je me pose mille questions. J’ai du être hospitalisé pour surveiller ma glycémie à jeun en mars 2016 Puis les SA avance et plus ma dpa approche son petit frère était prévu  pour le 8 mai 2016 et je lui ai donné naissance le 2 mai 2016 à 18h20.

Je suppose un signe de toi, mon ange, étant donné que tu es née à 02h20 Ton petit frère est né 4 ans 6 mois 21jours et 16h 00min 00s après ton envol. Vous êtes les 2 amours de ma vie auquel j’aurai toujours autant amour à vous donner. Vous êtes les prunelles de mes yeux, Mon sang ma vie. Je me battrai toujours pour vous. Vous êtes les 2 personnes qui mon fait devenir maman. Beaucoup me disent que je suis courageuse d’avoir un si lourd passer douloureux mais vous êtes ma force au quotidien. Je ne serai pas la maman que je suis sans vous Ton petit frère illumine ma vie C’est un vrai petit rayon de soleil même si ce n’est pas tous les jours facile. Des rires, des larmes, voilà ce qu’est mon quotidien Partagée entre la joie et la tristesse Avoir 2 enfants et n’en voir grandir qu’un à mes côté sa me fait mal au cœur Ce qui me fait mal au cœur c’est que mon fils n’ai pas la chance avoir sa grande sœur auprès de lui.

Merci à Mélanie pour ce témoignage, merci de partager vos photos, merci de nous avoir choisi pour panser votre plaie et pour confier votre chagrin. Nous souhaitons que toutes les Mamanges comme Mélanie qui nous suivent, qui nous lisent sachent que nous sommes là et que nous seront toujours là.

MILAWITHYOU c’est une équipe à l’écoute, attentive et qui fait une vraie place à votre Témoignage de mamange ! Nous souhaitons vous tendre la main, vous qui traversez un deuil douloureux.

Contactez nous sur facebook ou par mail et partagez votre Témoignage:
https://www.facebook.com/milacreatrice/ ou contact@milawithyou.com

Témoignage d’Emma, Mam’ange de Sarah…

Aujourd’hui je vous confie le témoignage sur le deuil périnatal de Sarah qui aurait eu 10 ans. Merci de votre lecture et de votre soutien pour Emma.

Je m’appelle Emma, j’ai 39 ans et suis l’heureuse maman de Chloé, 8 ans, et Lucas, bientôt 6 ans. 
Je suis également mam’ange de Sarah, qui aurait 10 ans déjà…

En 2007, nous avons décidé, mon chéri et moi, de se lancer dans l’aventure de la parentalité.  Les tests revenaient négatifs à chaque fois… Au bout de 10 mois d’essais infructueux, en juillet 2008, enfin un résultat positif !!! Nous sommes aux anges. Bébé prévu pour le 3 avril 2009. Une joie immense en apprenant que c’est une petite fille qui grandit en moi ! Nous lui avons trouvé un prénom tout doux : Sarah. La grossesse se passe sans encombre,  mise à part que je ne grossis pas, je maigris même. Il n’y a que mon ventre qui grossit un peu. Mais cela n’inquiète pas le gynécologue qui me suit…

En février 2009, je suis hospitalisée pour menace d’accouchement prématuré. Je reste 15 jours alitée, sans bas de contention, ni de précautions particulières. Au bout du 2ème jour d’alitement, une douleur intense (je croyais que j’allais mourir, et c’est peu de le dire), s’empare de moi. Elle part de mon rein droit, et irradie jusqu’à la poitrine. Je suis pliée en 2 de douleurs,  je pleure. J’ai peur, pour moi, pour ma fille. Les médecins me disent que je suis stressée par la menace d’accouchement prématuré et me donne un lexomyl… Pour ne plus m’entendre sûrement… Le lendemain, la douleur s’intensifie,  on est dimanche, je menace les médecins de la Clinique d’être transférée aux urgences de l’hôpital, si on ne me fait pas des examens. Je ne peux plus marcher, on m’envoie en fauteuil roulant passer des radios et écho doppler. Il en ressort un rein droit dilaté ” PROBABLEMENT DES COLITES NEPHRETIQUES” dixit le corps médical. Je suis donc traitée pour ça, et, discrètement, les médecins en remettent une couche auprès de mon conjoint comme quoi je suis angoissée…

Au bout de 15 jours de souffrances, et sans chercher à mieux me soulager et d’où vient réellement la cause de mes douleurs, mon gynéco décide de me faire rentrer chez moi, en hospitalisation à domicile. Le lendemain,  je retourne à leurs urgences, j’ai mal, horriblement mal. On m’ausculte vite fait. Toujours la même rengaine ” arrêtez de stresser”. Je retourne chez moi, dépitée. J’harcèle mon gynéco, le service des urgences, l’urologue par téléphone, essayant de leur faire comprendre que quelque chose de pas normal se passe dans mon corps. Mais rien n’y fait. Je me résigne, donc, à attendre, chez moi. J’ai quand même voulu aller à l’hôpital, puis je me suis dit : “mais non, c’est juste l’angoisse, les médecins connaissent leur travail”.

Le lundi 23 février 2009, j’ai passé ma journée à pleurer de douleurs, peur de perdre mon bébé. Le soir, mon chéri, pris d’un mauvais pressentiment, annule ses rdv pros et rentre plus tôt. 1h à peine après qu’il soit rentré,  pendant qu’il continuait les travaux dans la chambre de Sarah, je me suis levée pour faire pipi. J’ai crié,  il est venu et m’a vu tomber sur le lit, blanche, la bouche ouverte, cyanosée sous les yeux, la bouche et les doigts bleus. Il m’a donné une claque pour que je reprenne mes esprits, j’étais toute froide, il a cru que j’étais morte. Il a appelé les pompiers et le SAMU. Le monitoring posé montrait que bébé allait bien, moi j’étais inconsciente, je partais déjà… Durant le transport dans le camion des pompiers, 1er arrêt cardiaque pour moi. Ils ont réussi à faire repartir mon coeur. Arrivés aux urgences, succession d’arrêts cardio respiratoires, transfert en salle de déchocage, intubation, on m’a plongé dans un coma artificiel. Les médecins s’alternaient pour me faire les massages cardiaques. Pendant ce temps, mon chéri est arrivé aux urgences,  demande après moi et Sarah. Les médecins lui annoncent le décès de Sarah in utero par asphyxie,  du fait de mes nombreux arrêts cardiaques, et du peu de chance que j’y survive moi même… Mon homme s’effondre de douleurs. Il a perdu son bébé, et probablement sa femme.

Diagnostic posé une fois qu’ils ont réussi à me stabiliser : embolie pulmonaire massive. Les douleurs au rein, et soit disant mon angoisse,  étaient en fait dû à  un caillot sanguin qui se formait dans ma veine ovarienne, dans mon petit bassin, et non des coliques nephrétiques… Je suis restée 3 jours dans le coma,  ils m’ont donc fait accoucher à ce moment là. Le mercredi, reprenant une respiration par moi même, les médecins ont levé la sédation, m’ont extubée. Je me suis réveillée avec des douleurs à la poitrine, dans la gorge (dû à l’intubation), la peur de l’endroit où je me trouvais, de toutes ces machines auxquelles j’étais branchée. Et SURTOUT, un vide dans mon ventre. Quand l’infirmière est venue me voir, je lui ai demandé où était ma Sarah. Elle m’a de suite annoncé mes arrêts cardiaques, et la mort de Sarah, son accouchement dans le coma, à 8 mois de grossesse… Je suis restée choquée plusieurs jours.

Je me suis reprochée d’avoir survécu à mon bébé, de ne pas avoir pu la protéger… Après avoir longuement hésité,  j’avais peur de la voir, on m’a amené en fauteuil roulant  à la mise en bière de Sarah. C’était le 5 mars 2009. Mon dieu qu’elle était belle. Je l’ai prise dans mes bras (mon conjoint n’a pas réussi à le faire), je l’ai bercé, embrassé tendrement. C’était une belle petite fille de 2kg200, viable… Je ne voulais pas la lâcher, mon bébé… Lorsque la cérémonie s’est terminée, j’ai tenu à ce que ce soit moi qui la couche dans son petit cercueil blanc, avec le petit doudou que je lui avais acheté pendant la grossesse.  Puis j’ai dû fermer à tout jamais sa demeure éternelle… Après plusieurs semaines de convalescence pour moi, j’ai demandé un entretien avec le gynéco qui me suivait pour cette 1ère grossesse. Il m’a avoué “qu’ils avaient merdé en attribuant mes douleurs au stress”. Que s’ils avaient poussé les examens ils auraient vu le caillot se former et m’aurait fait une césarienne d’urgence. Je suis sortie dévastée de ce rdv. Puis, mon conjoint et moi, avons décidé d’attaquer cette clinique, pour ne pas qu’un drame comme celui ci se reproduise. Et pour la mémoire de Sarah, qui devrait avoir 10 ans aujourd’hui…
10 ans de bataille contre cet établissement. Plusieurs expertises medicales, les torts et erreurs reconnus contre cette clinique. Mais procès pas terminé à ce jour… La justice française…
Je t’aime ma Sarah. Merci de m’avoir offert une petite soeur et un petit frère, alors que les médecins pensaient que je ne pourrais plus avoir d’enfants…
Pas un jour sans que je ne pense à toi.
Ta maman.

Merci Emma pour ce témoignage poignant. Merci d’avoir choisi MILAWITHYOU pour partager vos maux. Merci. Merci Emma pour les paranges, les mamanges qui se retrouveront dans votre histoire.

MILAWITHYOU c’est une équipe à l’écoute, attentive et qui fait une vraie place à votre Témoignage de mamange ! Nous souhaitons vous tendre la main, vous qui traversez un deuil douloureux.

Comme Emma, contactez nous sur facebook et partagez votre Témoignage:
https://www.facebook.com/milacreatrice/ ou contact@milawithyou.com

Témoignage de Delphine, Soeur’ange de Karine

Aujourd’hui je vous confie le témoignage sur le deuil périnatal de Delphine. C’est un témoignage particulier parce que Delphine n’a pas perdu un enfant mais une soeur et son témoignage nous est précieux pour continuer à en parler autour de nous. Le deuil périnatal ne doit pas être tabou

Bonsoir Mila. Tout d’abord un grand bravo pour vos magnifiques créations

?

Et un grand merci pour tout ces témoignages que vous partagez avec nous… Je souhaite beaucoup de courage à toutes ces mam’anges

?

Mon histoire est un peu différentes des leurs… En 1992 alors que j’avais 6 ans, j’allais devenir grande sœur pour la 2ème fois ! J’étais ravie

?

J’allais avoir une deuxième petite sœur… Du haut de mes 6 ans je me rappelle encore du ventre rond de ma maman, de son départ à la maternité… Et de son retour à la maison sans bébé

?

Ma petite sœur Karine est née sans vie… Morte née comme on dit mais je n’aime pas trop ce terme… Je me rappelle encore que nous avions été gardées avec mon autre sœur le jour des obsèques, je me souviens aussi que ma maîtresse avait demandée à tout mes petits camarades de classe de faire des dessins pour mes parents (ma maman les garde encore précieusement…). Bref, même si je n’avais que 6 ans je me souviens de beaucoup de choses… Malheureusement Karine est devenue un sujet tabou dans la famille, peut-être est ce l’époque qui faisait cela, personne n’en parlait… Un petit frère est arrivé deux ans après pour notre plus grand bonheur mais pour moi Karine est toujours là… À l’école, au collège… Etc quand on demandait “combien de frères et sœurs avez-vous ?” je répondais toujours 3… Aujourd’hui malheureusement notre famille a éclatée… Mes parents ont divorcés depuis…le résultat de des années de non dit et de souffrances… Ma mère ne s’est jamais remise de la perte de son petit ange, et moi non plus… Je crois que tout le monde s’est dit que j’étais trop petite, que je ne me souviendrais pas, que tout irait bien pour moi… Mais ce n’est pas le cas

?

A 33 ans je suis l’heureuse maman de deux grenouilles de 13 et 8 ans

?

Et elles savent toutes les deux qu’elles ont une tatie Karine

?

Je souhaitais vous envoyer ce témoignage car je veux dire à tout le monde que ces petits anges ne doivent pas devenir des sujets tabous pour leurs frères, sœurs… Etc. Cela fait 27 ans que je souffre du départ de ma petite sœur, je n’avais que 6 ans mais croyez moi, les enfants retiennent beaucoup de choses à cet âge. Parlez leur, partagez vos émotions avec eux, pleurez avec eux…ils vivent un deuil eux aussi

?

Voilà, c’est un petit peu long mais je souhaitais partager cela avec vous car je n’ai personne d’autre avec qui le faire.

Merci Delphine pour ce témoignage très émouvant sur la perte de votre soeur Karine. Merci de partager votre deuil et nous vous adressons toute notre amitié et tendresse. Merci d’avoir posé vos mots ici.

MILAWITHYOU c’est une équipe à l’écoute, attentive et qui fait une vraie place à votre Témoignage de mamange ! Nous souhaitons vous tendre la main, vous qui traversez un deuil douloureux.

CComme Cécile, contactez nous sur facebook et partagez votre Témoignage:
https://www.facebook.com/milacreatrice/ ou contact@milawithyou.com

Le Témoignage de Cécile, de Mam’ange du petit Corantin

Aujourd’hui je vous confie le témoignage sur le deuil périnatal de Cécile et de son bébé Corantin. A travers ce Témoignage sur le deuil qu’elle traverse nous souhaitons lui rendre hommage aujourd’hui.

Tout commence par cette envie de fonder notre famille avec mon mari , ça faisait 7 ans que nous étions ensemble dont 2 ans où nous sommes installés dans notre 1 er appart, ce bébé depuis quelques mois on en parlait , les cdi étant signés , notre amour étant de plus en plus fort s’était décidé en septembre 2006 nous ferions un bébé .

J’ai eu une chance inouï arrêt de la pilule au bout de 7 ans en août , et en septembre mon Ange Corantin venait s’installer , nous étions fou de joie….. rendez vous gynéco , renouvellement de vitamine surtout ces fameuses vitamines B9 qu’elle m’avait prescrit quelques mois avant pour que bébé ait tout ce qu’il lui faut.

Puis le temps passe , vient la 1 ère echo , on la fait dans un cabinet privée , on le voit , il bouge beaucoup, on entend son cœur , nous sommes sur un nuage ,j’ai rendez vous le lendemain avec ma gyneco qui me prescrit la prise de sang pour la trisomie 21 , le tritest, à l’époque ils recherchaient les non-fermetures du tube neural avec , c’est ma gyneco qui reçoit les résultats et doit me les transmettre ou me prévenir si y’a un problème …. ce qu’elle n’a pas fait ….fin janvier je la consulte pour grosse baisse de tension ,à la fin du rendez vous elle me tend une enveloppe en me disant que tout était ok , je suis à 21 semaines ,ce sont mes résultats, je les glisse dans mon sac sans y jeter un œil puis j’en m’en vais chez mes parents …. Mes parents étaient infirmiers , je sais pas pourquoi je donne l’enveloppe à ma maman en lui disant tout est bon , y’a pas de trisomie puis je vois ma maman blanche et qui me dit “mais qu’est ce qu’elle dit pour le reste , c’est pas bon du tout ma grande” …je comprends pas ce qu’elle me dit et me tend cette fameuse lettre ou c’est écrit en gros ,et bien gras gros risque accru d’une anomalie de la non fermeture du tube neurale au vu du taux très élevé , prévenir la patiente au plus vite et la diriger dans le centre référent …….

Le ciel me tombe sur la tête , je comprends pas , ma maman l’appelle , la gyneco ne comprend pas , demande d’attendre et au bout de quelques minutes demande à ce que je revienne au plus vite la voir , 5 mins après j’étais dans son cabinet , complètement perdue , j’arrivais pas à joindre mon mari qui était au travail , ma sœur m’accompagne , et là la gynéco m’annonce que demain 9h00 j’ai rendez vous dans un grand hôpital à 30 min de chez moi, elle s’excuse même pas ,elle a reçu plusieurs mails du labo mais les a pas lu …. ma sœur se fâche pour moi , je lui demande ce que ça veut dire , elle me répond seulement vous verrez demain avec l’hôpital Et cette fameuse phrase qui 12 ans après j’ai pas oublié … “j’ai d’autres patientes qui attendent” , elle se lève et m’ouvre la porte ma sœur lui dit vous vous excusez pas ? Elle nous répond L’erreur est humaine ….. je suis écœurée , je sors en larme , mon mari m’appelle je hurle qu’on va perdre notre bébé , qu’il a un gros souci …. il comprend rien le pauvre , il se dépêche de quitter son boulot plus tôt …..

Ma maman nous explique en quelques mots ce qu’est la non fermeture du tube neurale , au vu du taux j’ai peu d’espoir pour mon bébé , nous dormons très mal , vient l’heure du rendez vous , où on est accueilli avec beaucoup de bienveillance puis ça y est j’ai le ventre à l’air , ce fameux professeur rentre , il pose la sonde et l’échographie commence , j’espère de tout mon cœur que mon ptit bout n’a rien , les images défilent , j’essaie d’observer les expressions sur son visage mais il fait rien paraitre , il nous pose des questions puis au bout de 30 mins il nous demande si nous connaissions le spina bifida…. ça y est c’est confirmer je verrai pas grandir mon bébé …. il nous explique ce que ma maman nous avait expliqué la veille , y’a pas d’espoir , il a le stade 4 du spina , du liquide avait envahie plus de la moitié de son cerveau , ses pieds étaient très mal formés mais surtout sa colonne vertébrale était complètement tordu , à un endroit ça fait un z , et n’était pas fermer sur toute la longueur ( de la nuque jusqu’au haut des fesses ) il faisait des crises d’épilepsie … il fait venir l’équipe médical car nous avions prit la décision de faire une img ( interruption médicale de grossesse ) mon Ange n’aurait pas survécu à l’accouchement ou son ptit cœur aurait cessé de battre durant la grossesse ….. y’a un délai obligatoire de 7 jours donc le jeudi 07 février 2007 , nous devions revenir la veille ….. il m’a demandé si nous voulions savoir le sexe …. un ptit garçon …. j’en étais sûr que s’était Un ptit zizi , nous avions déjà choisit son prénom Corantin et nous l’aimions déjà si fort , je me souviens d’avoir dit que je ne voulais pas de césarienne , que je voulais l’avoir dans mes bras , le voir , l’embrasser que s’était mon bébé …. la sage femme m’avait rassuré bien sûr que j’aurai mon bébé dans les bras et j’aurai le temps qu’il me faudra pour lui dire au revoir …… je sais pas pourquoi s’était très important pour moi, je voulais pas que Corantin se sente délaissé , plus aimé….. ce fut la semaine la plus horrible …. continuer de voir mon ventre s’arrondir , le sentir bouger en sachant que s’était sûrement dû à une de ces crises d’épilepsie ,prévenir l’entourage , recevoir les félicitations des gens quand ils apercevaient mon ventre , et le malaise qu’on provoquait ,je fondais en larme et mon mari qui disait jeudi on n’aura plus notre bébé …..

Vient ce jeudi 07 février 2007 …. la veille j’avais prit des comprimés pour pour préparer mon col … à 7h30 je prends d’autres comprimés les contractions arrivent très vite , j’ai peur car c’est la première fois que je vais accoucher , mon mari est formidable, il fait tout pour me soutenir , on est soutenu par une équipe au top …. les heures passent et toujours rien …. je me retrouve seule avec ma sage femme qui me dit j’aimerai pas devoir appeler pour vous faire une césarienne , faut lui dire au revoir maintenant et le laisser partir ….. mon mari était parti fumer j’ai pleuré toutes les larmes de mon corps , à son retour 20 mins après notre Ange déployait ses ailes à 18h37….. une auxiliaire l’a tout de suite prit ,on nous avait prévenu , mon mari s’effondre en larme , je demande qu’on s’occupe de lui , puis on nous ramène très vite notre magnifique ptit bonhomme … il était si beau , à le voir comme ça dans sa couverture on pouvait pas s’imaginer malgré ses 24 cm et 350 grammes… j’ai regardé ses ptits doigts , nous avons pu lui dire que nous l’aimions très fort et l’embrasser , on nous a proposé de voir sa colonne et ses pieds mais nous n’avons pas voulu , Puis le moment est venu où nous nous retrouvons à 2 , moi le ventre vide …. on vient me chercher pour me monter dans ma chambre …. le lendemain nous rentrons chez nous ….. commencent les regards fuyant , les phrases très blessante de certains dans l’entourage , comme ci je n’avais jamais été enceinte , que Corantin n’avait jamais exister …qu’est ce que ça faisait mal …

Aujourd’hui encore on doit reprendre les gens non nous avons 5 enfants et pas 4 ….. car oui la vie nous a fait un sale coup , mais sans Corantin je serai peut être pas la maman /la femme que je suis …. Corantin s’est envolé en février 2007 , en avril 2007 après le feu vert du professeur de l’hopital Notre Cantin est venu s’installer dans mon bidon pour notre plus grand bonheur , il est né le 06 janvier 2008 , puis Clara et Chloé nous ont fait la plus surprise de notre vie en arrivant à 2 en août 2011 et puis comme un signe , une boucle qui se referme en mai 2018 notre clément est venu compléter notre famille …. depuis plus de 12 ans pas un jour ne passe sans que je pense à mon Corantin , je sais qu’il veille sur nous , je me souviens parfaitement de son si beau visage ( ses frères lui ressemblent beaucoup) on n’oublie pas nos Anges et pour la douleur elle disparaît pas , on s’habitue seulement à elle … merci Mila de nous permettre d’écrire nos histoires , j’ai la chance d’être bien entouré mais malheureusement des mam’anges ne le sont pas et c’est terrible cette non reconnaissance de nos Anges , et écrire , parler de nos Anges , se faire comprendre nous font tellement de bien …. grosse pensée à tous les Anges et un millier de bisous volants à mon Corantin

Merci Cécile pour ce témoignage sur votre deuil, merci de nous avoir choisi pour panser votre plaie et pour confier votre chagrin. Nous souhaitons que toutes les Mamanges qui nous suivent, qui nous lisent sachent que nous sommes là et que nous seront toujours là.

MILAWITHYOU c’est une équipe à l’écoute, attentive et qui fait une vraie place à votre Témoignage de mamange ! Nous souhaitons vous tendre la main, vous qui traversez un deuil douloureux.

CComme Cécile, contactez nous sur facebook et partagez votre Témoignage:
https://www.facebook.com/milacreatrice/ ou contact@milawithyou.com

Je me connecte à Mila 😊

 

Vos données personnelles sont utilisées pour traiter votre commande, soutenir votre expérience sur le site et aux fins décrites dans notre politique de confidentialité. Aucune revente de données n’est effectuée.

Mes Points

Points
Veuillez vous connecter si vous souhaitez voir vos points de fidélité

Mes Codes Promo